Welcome - Bienvenue à Karlsruhe - Willkommen
Retour au sommaire du webzine - Retour au Guidde de l'Allemagne

Il est temps d'ajouter une ville hardos en Allemagne. Ce n’est plus le trio des villes dont on parle tout le temps ! Depuis que l’association RUBCLUB en a fait  son Q.G, Karlsruhe n’a plus rien à envier à Berlin, Hamburg ou Cologne. A 1h45 de Bâle en ICE et avec un tram direct depuis la gare, les mecs du club, tous plus en rut les uns que les autres, t’attendent de pied ferme. La compagnie de transports vous propose une vraie carte journalière (24h non stop - € 4.50) pour faire un peu de culturel en un mot avant d’accéder à ce paradis sexuel ! A l’est de la ville, à trois minutes de la station Gottesaue Platz, le Cultneum se situe au centre d’un quartier d’habitation.

L’entrée du club est bien organisée : vestiaire sécurisé, cabines pour se looker et nombreuses documentations (soirées à venir, meetings d’Europe, docs SSR). Il faut reconnaître que son Président a l’œil et pour ne pas dire – deux yeux -, il est à l’accueil. La tenue est réglementaire sinon tu retournes à MacDo !
Au cœur du labyrinthe se trouve un lounge-bar avec canapés, histoire de se frotter les cuirs ou la quéquette si bon te semble, et, principalement pour se désaltérer entre deux plans Q. Vos consommations sont mémorisées et se paient en sortant, comme dans tous les bons sexclubs. Ce parcours du combattant dispose de plusieurs salles où le spectacle est permanent. Y en a  pour tous les goûts : backroom, cages, palan, araignée, table tournante
– on a testé pour vous, on est ressorti un peu pâle mais le skin qui nous guidait savait se faire respecter; ce qui vient de plus en plus rare ! On vous fera pas languir plus longtemps : les plans humides, c’est partout sauf … aux toilettes. Les WC et les douches, ca se respecte ! Le Hausemaster en fait sa réputation et nous l’approuvons. 

Des bruits de couloirs à la rédaction persistent que certaines personnes auraient rapidement pris possession d’une niche pour dogs vicieux. Enfermé dans cette cage à barreaux, tu peux soit ouvrir la bouche et attendre que ca «déguille» comme on dit nos régions retirées ou à genoux, offrir tes deux trous pour un bon léchage de boots ou de TN, une douche dorée et prendre en même temps, une Wurst bien placée. Inutile de préciser que cette région, comme toute l’Allemagne, ils ne connaissent ni les chipolatas, ni les bottines en 43 ! C’est du lourd, du XL, que du bonheur ! L’avantage de ce club, tous les plans sont visibles : pas de cabines pour les habituelles stars «Pince-Q et Cie» de la scène fétichiste. En un mot : Bravo, on reviendra ! 

Comme dans une vraie capitale olympique, les trams circulent toute la nuit et l’ICE, pour vous faire oublier votre retour au couvent, vous propose des plaisirs cul-inaires à partir de 11 euros, à quand ce genre de prestations sur nos trains suisses ou français ? Sans parler du confort de ce train, idéal pour les nounours et les copines qui emportent la moitié de leur «garde-chaps» pour un week-end !